La science-fiction sociale

La science-fiction sociale est plus couramment appelée par son anglicisme Soft SF et aborde la sociologie, l’histoire, l’étude politique… en opposition à la Hard SF qui elle propose des ouvrages très documentés en sciences appliquées comme la physique, les mathématiques, l’astronomie...

Le « soft » désigne l’utilisation des sciences sociales et décrit l’avenir et/ou l’évolution de notre société dans le futur ou face un phénomène nouveau. Elle fait plus souvent partie de l’anticipation, sans que cela ne soit une règle notamment dans le cyberpunk, mélange de SF sociale et technologique.

Ce type de récit se multiplie de plus en plus dans le paysage éditorial, les éditions du Bélial lui ont même consacré une collection, Une heure lumière, uniquement composée de romans courts. Des récits qui nous interrogent sur nos rapports et émotions humaines à l’aune du point de non-retour, face au défi écologique, l’apport des technologies sur notre quotidien, une prise de conscience humanitaire, la tolérance et l’acceptation des autres… Les problématiques contemporaines de l’auteur sont alors extrapolées dans un futur proche. Souvent classé, à tort, en littérature « blanche » Michel Houellebecq est certainement un de ses représentants le plus connu avec La possibilité d’une Île ou plus récemment Soumission.

Si vous êtes un inconditionnel du chef d’œuvre d’Orwell, 1984, vous trouverez dans nos nouveautés de quoi vous satisfaire :

 

Le pouvoir, de Naomi Alderman chez Calmann Levy – 2018, où les jeunes filles développent le pouvoir de produire et contrôler l’électricité. Les rapports homme/femme s’inversent pour qu’au final l’humain l’emporte… Surfant sur la vague de la Servante écarlate et même si la forme n’est pas toujours au rendez-vous, le fond est diablement intéressant.

Disponible à la médiathèque Grain d’Sel à la cote SF ALD

 

 

Amatka, de Karin Tidbeck chez La Volte – 2018, nous présente une colonie humaine où il ne fait pas bon sortir de la norme dans une société sclérosée. Un joli mélange entre Fahrenheit 451 et Fondation foudroyée, pourquoi suivre le monde et ses règles quand le changement amène plénitude et satisfaction ? Quel que soit le système, y aura-t-il toujours des laissés pour compte et des ostracisés ?

Disponible à la médiathèque Grain d’Sel à la cote SF TID

 

Issa Elohim, de Laurent Kloetzer chez le Bélial – 2018, un ouvrage terriblement d’actualité sur l’immigration clandestine, nos cas de consciences et l’image d’Eldorado se transformant en purgatoire. L’arrivée de clandestins d’un nouveau genre pousse à se questionner sur notre éthique, les différences qu’ils peuvent avoir avec les autres personnes poursuivants le rêve d’une vie meilleure ou tout simplement nous-même.

Disponible à la médiathèque Grain d’Sel à la cote SF KLO